Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 09:10
http://www.cinemovies.fr/images/data/affiches/2011/the-tree-of-life-9780-2095424342.jpgLa bande-annonce de The Tree of life avait rendu intenable l’attente du nouveau film de Terrence Malick. D’une beauté et d’une puissance émotionnelle à couper le souffle, elle laissait augurer d’un nouveau chef d’œuvre du réalisateur de La ligne rouge,  renvoyant au pilori nombre de films en l’espace de deux petites minutes. Face au résultat final, le terme d’euphémisme ne serait lui-même pas assez fort pour définir l’insondable consternation qui nous submerge à la vision du long-métrage.   Comment un metteur en scène de la trempe de Malick a-t-il pu se fourvoyer de la sorte ? Comment le poète qui nous livra jadis des splendeurs comme Les moissons du ciel ou Le nouveau monde a-t-il réussi à accoucher d’une œuvre aussi insupportable ?
 
http://www.no-politique.com/wp-content/uploads/2011/04/The-Tree-of-Life.jpg
 
   
Car le constat est malheureusement bien là : The tree of life est un interminable, un prétentieux, un long et pénible cours de catéchisme porté sur plus de 2h15. Tout y est : créationnisme, amour de son prochain, endoctrinement des enfants (la scène où la mère dit à son fils en lui montrant le ciel « C’est ici qu’habite Dieu » mérite son pesant de cacahuètes), le tout dans un prosélytisme écoeurant donnant le sentiment d’être la victime d’une véritable prise d’otages. S’interroger sur la foi est une chose (Sous le soleil de Satan, Hadewijch ou même Signes constituent à ce titre des exemples réussis de longs-métrages interrogeant le spectateur sur une éventuelle puissance supérieure), asséner des croyances religieuses en les imposant comme l’unique vérité en est une autre. Et c’est malheureusement vers ce second choix que s’est tourné Terrence Malick, livrant un film qui demeure pour l’instant le pire de l’année.
 
http://zabmag.com/wp-content/uploads/2011/03/the_tree_of_life.jpg
 
http://blog.1001actus.com/wp-content/the-tree-of-life.jpg
Il y a cependant 2-3 choses à sauver dans The tree of life : une mise en scène d’exception (Malick est définitivement l’un des plus grands techniciens an activité), une musique sublime d’Alexandre Desplat, et quelques séquences qui parviennent à susciter une certaine émotion (les 2 premières minutes de la création de l’univers, certains plans d’une réelle sensualité poétique, notamment), mais ces dernières ne parviennent jamais à sauver ce pamphlet religieux dont la grossièreté d’approche confine à la vulgarité. En outre, Malick se complaît plus d’une fois à tirer sur les cordes qui faisaient le charme de ses précédentes œuvres : la voix off devient ici redondante et fatigante, la poésie devient forcée et creuse, les coupes de plans au milieu d’une scène confinent au systématisme maniériste, bref, le film constitue formellement le « Terrence Malick pour les nuls ».
 
http://thefilmstage.com/wp-content/uploads/2011/04/tree_of_life_universe_1-650x333.png
 
http://1.bp.blogspot.com/-m2ZKD4or9X4/Tb7R6zJ1CxI/AAAAAAAACH8/CeMryDcoqug/s1600/treeoflife5.jpg
D’une longueur narrative qui ferait passer Autant en emporte le vent pour un court-métrage, The tree of life parvient, outre la colère de s’être fait entuber dans les grandes largeurs et d’avoir été bloqué dans une église pendant 2 heures, à susciter un besoin de plus en plus impérieux de se lever de son fauteuil et de sortir de la salle à grandes enjambées, tant les minutes semblent au fil du métrage durer des heures. Les soupirs de soulagement entendus dans la salle au générique de fin et les spectateurs étant parvenus à s’échapper en cours de projection témoignent de la pénibilité de cette épreuve.
http://i2.blogs.indiewire.com/images/blogs/theplaylist/archives/THE_TREE_OF_LIFE_by_Terrence_MALICK-jessica-chastain.jpg
 
http://www.ohmybloogness.com/media/01/01/1503994201.png
 
Difficile de concevoir et d’admettre que Terrence Malick soit tombé si bas, mais c’est malheureusement bien le cas : The tree of life est une œuvre de prédicateur, un cours de religion, une tentative d’endoctrinement.
Il ne manquait plus que la quête à la fin de la projection pour que le tableau soit complet.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Hattori Hanzo - dans Les films
commenter cet article

commentaires

Clément 23/05/2011 10:11



J'aimerais comprendre un jour l'admiration que nombre de cinéphiles avertis vouent à Terrence Malick. Je n'ai vu personnellement que deux de ses films dont je n'ai retenu qu'esbrouffe visuelle
(c'est vrai que c'est très beau techniquement parlant) et philosophie bien-pensante. La Ligne Rouge m'a profondément ennuyé et les interminables interrogations en voix-off sur la guerre (qui
peuvent se résumer à "pourquoi la guerre" et "la guerre c'est mal") sur fond de plans de nature et batailles esthétisées au ralenti me laissent de marbre. Pire que ça, j'ai l'impression qu'on
essaie de flouer le spectateur en mêlant des ingrédients capables de faire un grand film, mais que le soufflé ne monte jamais une seconde. Quant au Nouveau monde, il atteint selon moi des sommets
en terme de "cucuterie" et dé pseudo-poésie. Bref, vous l'aurez compris, je ne suis vraiment pas un fan de l'oeuvre de Mallick, qui représente pour moi le summum de la bien-pensance bigote
américaine. Tout ce que j'abhorre. La bande annonce et certaines critiques de Tree of Life ne m'incitent pas à changer d'avis et je ne pense pas allez voir le film. Mais il est toujours temps de
réviser mon jugement, si vous me conseillez un "Mallick" qui pourrait trouver grâce à mes yeux. Merci d'essayer...



Hattori Hanzo 23/05/2011 14:26



Personnellement j'ai beaucoup aimé les autres films de Malick, notamment La ligne rouge. Il a toujours su imprégner chacun de ses films d'une véritable poésie. Mais dans The tree of life, c'est
une véritable publicité pour Dieu, totalement insupportable. Et Malick se parodie lui-même (voix off irritante, mouvements de caméras qui se répètent, et vas-y que je te filme les arbres en
contre-plongée...). Bref, énorme déception pour ma part.



Tred 19/05/2011 09:56



Déjà que moi ça me fait du mal de n'être pas pleinement satisfait et d'avoir des choses à redire sur le film, alors j'imagine bien ;) Mais comme je le dis sur mon blog, je préfère être
bousculé par un film imparfait que me satisfaire d'un p'tit film gentil.



Tred 19/05/2011 09:49



J'ai bien compris que tu ne parlais pas que du créationisme mais aussi de la religion à un sens plus large, mais justement je trouve réducteur de réduire le film à une grande messe. Oui il y a de
la messe dans The Tree of Life, mais il y a beaucoup plus. De toute façon on est aussi tête de mule l'un que l'autre j'en ai bien conscience ;)



Hattori Hanzo 19/05/2011 09:50



Certes ;-) Chacun a ressenti les choses différemment, selon sa propre sensibilié. Et crois-moi, ça me fait bien du mal de descendre un film de Malick...



Tred 19/05/2011 09:39



Là où tu vois des affirmations je ne vois que des questionnements, c'est sûrement là ce qui fait la différence entre les deux appréciations du film. Je suis moi-même allergique à la religion,
alors le créationisme crois-moi c'est encore moins ma tasse de thé, mais malgré le jusqu'auboutisme de Malick avec The Tree of Life, je n'y vois pas d'affirmation que Dieu a retroussé ses manches
et a tout fait avec ses p'tites mains. Je vois des personnages berçant dans la religion, je vois les interrogations d'un cinéaste sur la place de la foi dans la vie des êtres humains, mais je ne
vois pas un cinéaste affirmant "Dieu a créé l'univers et il n'y a pas d'autre opinion à avoir".



Hattori Hanzo 19/05/2011 09:43



Encore une fois, je ne parle pas que de la création de l'univers, mais de tout le reste ! C'est un film pour culs bénis, qui tente de rallier le spectateur à sa cause. Tout le film transpire de
cela. Sans parler de la mise en scène où Malick se caricature lui-même.



Tred 19/05/2011 09:09



On a beau être loin des Moissons du Ciel et de La Ligne Rouge, je ne porte pa un regard aussi sévère que toi sur le film. On peut trouver la spiritualité pompeuse, mais de là à parler de
prosélytisme sur le créationnisme, on n'a pas vu le même film ! Le film est certes très (trop ?) empreint de religion, mais il n'est pas question de créationisme ici, on voit au contraire
l'évolution se dérouler sous nos yeux...



Hattori Hanzo 19/05/2011 09:15



Le créationnisme n'est qu'un des nombreux point que je déplore dans le film (la création de l'univers est clairement décrite comme la création de Dieu, images symboliques de Dieu à l'appui),
participant de cet insupportable messe de 2h20 ! La citation de Job mise en exergue du film, les multiples références au divin, sans jamais interroger mais au contraire toujours en affirmant,
témoignent d'une volonté de racolage totalement irritante. C'est un avis qui est d'ailleurs partagé par beaucoup de monde, alors que l'autre moitié des gens a beaucoup aimé le film.


 



Présentation

  • : Les visionnages de Hattori Hanzo
  • Les visionnages de Hattori Hanzo
  • : "Lorsqu'il pénètre votre sang, il devient vite l'hormone numéro un; il supplante les enzymes; commande la glande pinéale, joue avec votre psyché. Comme avec l'héroïne, le seul antidote au cinéma est... le cinéma." Frank Capra
  • Contact

Blogs et sites à visiter

 

 

 

  

 

 

 

 

Recherche

blog à part, recherche blogs

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Les Archives

Pages