Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 14:31

La manipulation de l'information, et par extension celle de l'image. Voici, en substance, le thème du dernier film en date de Brian de Palma, après le décevant Le dahlia noir (on rêve toujours de ce qu'en aurait fait David Fincher, initialement prévu pour porter à l'écran le chef d'oeuvre de James Ellroy). Ayant récemment chroniqué   Body Double, je constate à nouveau à quel point les thématiques de Brian De Palma tournent autour du jeu des apparences.

 

Redacted relate le drame de Samara, petite ville d'Irak, où des soldats américains violèrent et tuèrent une jeune fille de 15 ans, exterminant au passage sa famille.

 

Le réalisateur, à travers ce drame, souhaite mettre en exergue la désinformation opérée par les médias, et tente de démontrer que les faits sont sans cesse transformés, « revus et corrigés », avant d'être rendus publics. Au final, De Palma rappelle que la vérité est toujours celle de ceux qui la prônent. D'où la limite du film, puisque cet adage s'applique bien évidemment aussi au réalisateur. Une sorte de serpent qui se mord la queue, en somme.

 

 
Visuellement, De Palma opte pour un kaléidoscope d'images tirées de caméras de surveillance, de vidéos personnelles d'un soldat, d'images issues de youtube, de blogs, etc... Le tout reconstitué par son metteur en scène, certes, mais dénué de tout point de vue. D'où une frustration certaine puisque ce film aurait pu formellement être réalisé par n'importe quel autre réalisateur, en cela que le style visuel de De Palma ne transpire à aucun moment de la pellicule.

 

 

Et pour cause : les images présentées ne constituent pas une représentation visuelle personnelle du metteur en scène, mais celle des différents protagonistes de l'histoire, filmée "à la manière de".

S'agissant du propos, en revanche, l'on retrouve certains des thèmes de prédilection du réalisateur, tels la manipulation de l'image et, comme je le disais plus haut, les apparences. D'autre part, la dérive du « pouvoir » détenu par les soldats en place est également abordée, puisque sous couvert de leur statut, les militaires se livrent à des actes de barbarie sur des civils. L'on peut rapprocher le thème de la violence et la facilité avec laquelle les soldats la pratiquent du film de Paul Haggis, Dans la vallée d'Elah, dans lequel des soldats de retour d'Irak se laissaient aller à leurs pulsions primitives sur le sol américain, sans aucune conscience de leurs actes ni aucune responsabilité de leurs agissements.

 


Brian de Palma, avec Redacted, souhaite donc dénoncer le simulacre de vérité dont les médias nous abreuvent. C'est bien. Mais un point de vue personnel via une mise en scène qui s'en fait l'écho eut été bien mieux...

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Hattori Hanzo - dans Les films
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les visionnages de Hattori Hanzo
  • Les visionnages de Hattori Hanzo
  • : "Lorsqu'il pénètre votre sang, il devient vite l'hormone numéro un; il supplante les enzymes; commande la glande pinéale, joue avec votre psyché. Comme avec l'héroïne, le seul antidote au cinéma est... le cinéma." Frank Capra
  • Contact

Blogs et sites à visiter

 

 

 

  

 

 

 

 

Recherche

blog à part, recherche blogs

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Les Archives

Pages