Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 13:29

http://www.regardemagazine.com/articles/wp-content/uploads/2010/04/les_bronzes_font_du_ski_1280x960.jpgLes membres du Splendid l'ont dit et répété: ils ne voyaient pas l'intérêt de donner une suite aux Bronzés. Le premier volet trouvait son ancrage dans une peinture au vitriol du Club Med, adoptant une approche quasi anthropologique d'un groupe de vacanciers évoluant en circuit fermé à l'autre bout du monde, dans une micro-société où le sexe constitue la motivation première. Malgré les réticences du groupe de jeunes comédiens à rempiler pour une séquelle, le producteur Yves Rousset-Rouard parvint finalement à les convaincre de partir sur les pistes de Val d'Isère pour ces Bronzés font du ski. Dire que cette suite surpasse l'original est un euphémisme.

 

http://www.cinemovies.fr/images/data/photos/G10822040616885.jpg

 

Ici, nulle critique acerbe, pas d'analyse sociologique, mais au contraire une succession de saynètes toutes plus jubilatoires les unes que les autres, le seul lien entre elles étant constitué par les mésaventures pouvant  tomber sur la figure d'un adepte des sports d'hiver en vacances à la neige. Comique de situation, dialogues hilarants, répliques s'ancrant instantanément dans la mémoire collective ("tu m'aide pas là ? " "pas là non"), ou individuelle ("y'avait blumaise, en 8 lettres"): la mécanique du film possède un rythme qui ne faiblit jamais, et qui ne permet en aucune manière à la lassitude de s'installer (même après des dizaines et des dizaines de visionnages, le long-métrage conserve son efficacité intacte).

 

http://a69.g.akamai.net/n/69/10688/v1/img5.allocine.fr/acmedia/rsz/434/x/x/x/medias/nmedia/00/02/47/21/ph9.jpg

 

Parfaitement rodés au mécanisme comique d'un scénario, Michel Blanc, Gérard Jugnot, Josiane Balasko et leurs comparses savent pertinemment que sans situation dramatique, le comique ne fonctionne pas, ou fonctionne mal. Ainsi, les rires provoqués par le personnage de Jean-Claude Dusse trouvent leur substrat dans son incapacité à rencontrer l'âme soeur et dans ses démarches opiniâtres pour ne plus être seul. De même, Popeye, sous ses apparences de playboy des neiges, est un être profondément blessé (voir à ce titre la scène de la voiture dans laquelle il se confie à son ami vétérinaire incarné par Christian Clavier). Le personnage de Christiane, lui aussi, souffre d'un manque d'amour évident et ne trouve refuge que dans les bras d'un homme marié plus vieux qu'elle. Les exemples sont ainsi multiples et débouchent tous sur des situations plus drôles les unes que les autres, que l'on revoit à l'envi et à l'infini avec le même plaisir.

 

http://image.toutlecine.com/photos/b/r/o/bronzes-font-du-ski-1979-15-g.jpg

 

Notons également la mise en scène de Patrice Leconte, alors jeune réalisateur, exempte de tout parti pris visuel marquant, laissant avant tout la place aux personnages et aux situations. L'expérience du réalisateur lui permettra cependant dans Les bronzés 3 de proposer une mise en scène plus personnelle tout en ne perdant jamais ses personnages de vue. Son parcours et son expérience entre les deux films étaient vraisemblablement nécessaires à cette évolution de style (déjà amorcée dans le sous-estimé Tango).

 

http://a69.g.akamai.net/n/69/10688/v1/img5.allocine.fr/acmedia/rsz/434/x/x/x/medias/nmedia/00/02/47/21/ph8.jpg

 

Les bronzés font du ski constituent sans aucun doute possible ma comédie préférée, celle dans laquelle je me replonge régulièrement avec le plus de plaisir, connaissant dialogues et situations par coeur (les Italiens, la fondue, le télésiège), sachant pertinemment que cette connaissance du film est partagée par un nombre incalculable de personnes. Ou l'exemple parfait que le cinéma constitue une expérience individuelle collective.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Hattori Hanzo - dans Les films
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les visionnages de Hattori Hanzo
  • Les visionnages de Hattori Hanzo
  • : "Lorsqu'il pénètre votre sang, il devient vite l'hormone numéro un; il supplante les enzymes; commande la glande pinéale, joue avec votre psyché. Comme avec l'héroïne, le seul antidote au cinéma est... le cinéma." Frank Capra
  • Contact

Blogs et sites à visiter

 

 

 

  

 

 

 

 

Recherche

blog à part, recherche blogs

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Les Archives

Pages