Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 19:48

http://www.dezineguide.com/wp-content/uploads/2012/08/The-Hobbit-An-Unexpected-Journey-Wallpaper-01.jpg

Retour en Terre du Milieu. Presque 10 ans après le dernier volet de la trilogie qui redéfinit les contours de l'heroic fantasy, Peter Jackson réinvestit l'oeuvre de Tolkien en portant à l'écran Le Hobbit, prologue à l'oeuvre phare de l'auteur du Silmarillion. Prélude à deux autres segments devant sortir en 2013 et 2014, Le Hobbit, un voyage inattendu, s'avère une oeuvre décevante, bien que dotée de fulgurances émotionnelles indéniables.


Car loin de la puissance d'immersion et de la force d'évocation du Seigneur des Anneaux, Le Hobbit souffre d'un traitement dont la légèreté n'a d'égale que la profondeur de propos dans laquelle baignait la trilogie initiale du réalisateur de Braindead. Ainsi, les vannes à répétition des nains ou la navrante scène des orques autour du feu de bois font tomber le film dans une quasi-parodie pour enfants qui rebondit loin, bien loin de son modèle. 


Malheureusement, ce n'est pas seulement dans le cadre du bac à sable que le bât blesse. Ainsi, le sentiment d'avoir déjà vu ces montagnes, d'avoir déjà été émerveillés par ces plaines, d'avoir déjà observé ces splendides vues aériennes filmées d'un hélicoptère, amputent sérieusement le film de son pouvoir d'émerveillement: ce que l'on voit et la façon dont on le voit nous ont déjà été servis par le passé, dans les mêmes décors, par le même réalisateur, avec les mêmes effets. 


Cependant, et malgré ces faiblesses qui égrènent le film du début à la fin, Le Hobbit parvient de temps à autre à trouver de sa superbe et à sortir la tête de l'eau, notamment lors de deux scènes. La première convoque deux géants de pierre qui se livrent à un combat homérique. La séquence, d'une force d'évocation instantanée, nous laisse littéralement bouche bée, la mise en scène de Jackson saisissant le gigantisme de l'action et caractérisant ses monstres de pierre par la seule force de ses cadres et de ses mouvements de caméra.


La seconde, située en fin de métrage, retrouve enfin le souffle lyrique et la dimension épique que l'on attendait du film. Ainsi, le face-à-face entre le roi des Nains et son ennemi, le chef des Orques, mérite à lui seul (et alors qu'il ne dure qu'une dizaine de secondes) la vision du film dans son entier.


En-dehors de ces deux moments de pur génie, Le Hobbit se révèle malheureusement un pétard mouillé. Et lorsque Bilbon déclare à la fin du film que le plus dur est maintenant derrière lui, on espère de tout coeur qu'il en est de même pour nous. Réponse dans les deux ans à venir.

 


 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Hattori Hanzo - dans Les films
commenter cet article

commentaires

windows 7 problems 01/08/2014 14:50

Peter Jackson is one of my favorite film directors. I have watched the previous part of Hobbit and I am so much excited to see the part two of Hobbit series. The animation work done on this will be awesome with excellent special effects.

A 20/12/2012 09:32


C'est bon de te lire ! Ca fait un bail !


Encore !

Présentation

  • : Les visionnages de Hattori Hanzo
  • Les visionnages de Hattori Hanzo
  • : "Lorsqu'il pénètre votre sang, il devient vite l'hormone numéro un; il supplante les enzymes; commande la glande pinéale, joue avec votre psyché. Comme avec l'héroïne, le seul antidote au cinéma est... le cinéma." Frank Capra
  • Contact

Blogs et sites à visiter

 

 

 

  

 

 

 

 

Recherche

blog à part, recherche blogs

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Les Archives

Pages