Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 08:22

Metteur en scène mésestimé dont la filmographie compte pourtant des oeuvres d'une beauté et d'une force remarquables, Robert Mulligan, qui fit récemment l'objet d'une rétrospective méritée à la Cinémathèque de Paris, réalisa en 1972 un film récemment sorti de l'oubli par le biais d'une édition dvd qui permit de découvrir ce pur joyau.

Bien que d'une discrétion et d'une absence de renommée véritablement injuste, Robert Mulligan peut se targuer d'avoir réalisé un film de notoriété internationale: Summer of '42 (Un été 42). Très réussi, le film ne constitue cependant pas le meilleur de son auteur. En effet, l'on peut citer To kill a mockingbird (Du silence et des ombres), film injustement méconnu en France, et The other (L'autre), oeuvre fantasmagorique se plaçant dans la fimographie de Mulligan entre The pursuit of happiness (1971) et The nickel ride (1974).

L'autre raconte l'histoire d'un jeune garçon vivant dans un petit village du sud des Etats-Unis dans les années 30, et de son frère jumeau avec qui il entretient un lien extrêmement fort. Elevé par sa grand-mère, l'enfant passe ses journées à jouer avec son frère. Petit à petit, des accidents se produiront, jusqu'à ce que la grand-mère découvre l'inimaginable vérité sur son petit fils.

 

Souvent présenté comme un film fantastique, le film ne l'est pourtant jamais. En effet, L'autre tient davantage de la fantasmagorie que du fantastique, aucun élément surnaturel ne venant s'inscrire dans le récit. L'atmosphère du film, extrêmement étrange et envoûtante, fait souvent songer au chef d'oeuvre de Nicolas Roeg, Don't look now (Ne vous retournez pas), sorti l'année suivante. Mulligan s'emploie en effet à faire glisser petit à petit son film dans des eaux troubles, incertaines, où le spectateur perd progressivement pied pour s'abandonner dans un univers où le fantasme rejoint la réalité.

Metteur en scène sachant aborder le thème de l'enfance avec une finesse et une pertinence remarquables (se souvenir de To kill a mockingbird ou de The man in the moon (Un été en Louisianne), Robert Mulligan dépeint dans L'autre cette période de la vie à travers le prisme de la mort et du deuil. Ainsi, le thème de la perte de l'innocence (déjà présent dans To kill a mockingbird), est abordé de manière extrêmement douloureuse, le jeune héros étant confronté à la mort dès son plus jeune âge.

Faisant baigner son film dans une atmosphère bucolique et champêtre peu à peu corrompue par la menace et la mort, le réalisateur offre un visuel illustrant ce doux glissement en usant d'une photographie remarquable (grâce soit rendue au chef opérateur Robert Surtees), le film basculant petit à petit de la lumière à l'obscurité au son de l'admirable musique de Jerry Goldsmith. Le film vient ainsi peu à peu baigner dans une atmosphère gothique, et le cadre ensoleillé et campagnard choisi par Mulligan pour ancrer son histoire devient ainsi le symbole, à nouveau, d'une réalité gangrenée par le drame et la mort. La métaphore sur l'innocence perdue devient alors ici évidente.

Film véritablement marquant, L'autre prouve l'immense talent d'un réalisateur dont l'oeuvre mérite absolument d'être découverte tant elle regorge de qualités.

Partager cet article

Repost 0
Published by Hattori Hanzo - dans Les films
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les visionnages de Hattori Hanzo
  • Les visionnages de Hattori Hanzo
  • : "Lorsqu'il pénètre votre sang, il devient vite l'hormone numéro un; il supplante les enzymes; commande la glande pinéale, joue avec votre psyché. Comme avec l'héroïne, le seul antidote au cinéma est... le cinéma." Frank Capra
  • Contact

Blogs et sites à visiter

 

 

 

  

 

 

 

 

Recherche

blog à part, recherche blogs

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Les Archives

Pages