Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2010 1 26 /07 /juillet /2010 08:13

Un film au déroulement plus que laborieux dont les éléments convergent vers l'une des fins les plus remarquables que l'on ait pu voir au cinéma depuis longtemps. C'est le sentiment frustrant que l'on ressent au sortir de la projection de Inception, le nouveau film de Christopher Nolan (Insomnia, Le prestige, The dark knight).

Dom Cobb (impeccable Leonardo DiCaprio) pratique l'extraction, processus consistant à pénétrer les rêves d'autrui pour y voler des secrets à des fins d'espionnage industriel. Soupçonné d'être le responsable de la mort de sa femme, il est recherché et vit loin des Etats-Unis et de ses deux enfants. Jusqu'à ce qu'un riche industriel lui propose un marché qui pourrait lui permettre de revenir près des siens.

Sur le papier, le sujet d'Inception (dont Christopher Nolan signe également le scénario), possédait un réel potentiel cinématographique et les excellents trailers diffusés sur le net laissaient espérer un traitement à l'avenant. Las, c'est avec une grosse déception que l'on constate que nos espoirs restent lettre morte, le metteur en scène ne parvenant jamais à faire décoller son film, malgré un final proche du sublime qui rattrappe in extremis le métrage.

Ce qui plombe avant tout le film, ce sont ses dialogues explicatifs à n'en plus finir. Le verbiage se répand du début à la fin, barbant, fatiguant, lassant. Nolan n'a a priori pas compris l'intérêt d'exposer les enjeux d'un film avant tout par l'image, et non par le verbe. Le spectateur est ainsi balancé d'une explication à l'autre, sans arrêt, de telle sorte que l'on a l'impression d'assister à un cours magistral sur l'extraction et l'inception, plus qu'à un long métrage.

Par ailleurs, force est de constater que Christopher Nolan ne sait toujours pas filmer les scènes d'action (lacune qui entâchait déjà The dark knight, par ailleurs réussi). Ainsi, les scènes de fusillade et autres poursuites sont traitées avec l'efficacité d'une limace tirant un semi-remorque, de telle sorte que le spectateur n'est jamais impliqué dans l'action, et donc reste totalement extérieur à ces séquences. La plupart d'entre elles rappellent par ailleurs la trilogie Matrix, avec ses personnages en apesanteur qui combattent contre toutes les lois de l'attraction. Visuellement joli, mais dépassé car nullement renouvellé.

En revanche, l'idée qui sous-tend l'intégralité du film est extrêmement forte. En effet, en traitant du rêve et de la réalité, d'un architecte  et d'un sujet, d'un songe et d'un réveil, Nolan ne propose ni plus ni moins qu'une passionnante réflexion sur le cinéma. Les spectateurs, comme les sujets du film, entrent en effet dans l'imagination d'un metteur en scène qui propose un cadre, une structure, une architecture ( le film) dans lequel chaque spectateur s'abandonne en y apportant sa part de vécu, son émotion, ses affects. La métaphore devient alors vertigineuse et d'une totale cohésion avec l'action qui se déroule à l'écran.

Par ailleurs, la fin du film est d'une puissance phénoménale qui rattrape le sale goût que le reste du métrage laissait en bouche. Les cinq dernières minutes sont en effet d'une force émotionnelle (le réveil dans l'avion) et intellectuelle (la toupie) remarquable, le tout sur la musique extrêmement inspirée de Hans Zimmer. Ainsi, la dernière image du film dans laquelle la toupie-totem tourne sur elle-même sans que l'on sache si elle s'arrêtera ou non, laisse le spectateur devant un choix tout personnel: le bonheur réside-t-il dans la réalité ou le rêve ? Chacun sera libre d'y apporter sa propre réponse. Et rien que pour cette fin, le film mérite le détour. Nolan rejoint ici Guillermo del Toro et son Labyrinthe de Pan, toutes proportions gardées. En effet, le pouvoir salvateur de l'imaginaire est central dans les deux films.

Soulignons enfin le prestigieux casting que nous propose Nolan. Outre Di Caprio et la sublime Marion Cotillard, Inception verra se succéder à l'écran Pete Postlethwaite, Michael Caine, Ellen Page, Cillian Murphy, l'excellent Joseph-Gordon Levitt et le revenant Tom Berenger. Un sans faute.

Inception s'avère donc extrêmement intelligent dans son propos mais souffre de lacunes trop nombreuses pour combler toutes nos attentes. Trop long, trop explicatif, trop brouillon dans ses scènes d'action malgré des effets spéciaux remarquables, le film l'emporte uniquement par le rapport qu'il tisse avec le cinéma, et l'interrogation finale qu'il propose à ses spectateurs.

Une demi-teinte totale.

Partager cet article

Repost 0
Published by Hattori Hanzo - dans Les films
commenter cet article

commentaires

Solar83 06/09/2010 14:44



Bonjour, très bonne critique avec laquelle je suis tout à fait d'accord. Notamment sur le fait que Nolan ne sait pas filmer l'action, c'était déjà le cas avant, c'est encore plus le cas
maintenant je trouve. Mais le gros point noir du film à mes yeux c'est la narration qui ne laisse pas une seconde de répit au spectateur, trop de dialogues, trop d'explications. Nolan ne sait pas
capter l'attention du spectateur, il se contente trop de montrer et d'expliquer. Il faudrait qu'il essaye de se mettre plus à la place du spectateur.


Le film manque aussi d'une certaine part d'humour qui aurait pu nous rapprocher des personnages. Comme toi, je ne suis rentré dans le film que pendant le dernier quart d'heure.


Quant au commentaire du dessus, on répond à une critique par des contre-arguments quand on n'est pas d'accord et non pas en attaquant l'auteur de la critique ou en prenant pour argument le commun
des mortels.



Hattori Hanzo 06/09/2010 15:05



Hello Solar83, content que quelqu'un partage mon point de vue sur le film. Vu l'enthousiasme généralisé autour de ce film, ça fait du bien ! Effectivement, Nolan n'a jamais su filmer l'action, et
dans ce flm, il se surpasse dans son incompétence en la matière.


Son meilleur film demeure pour moi Le prestige. Peut-être aussi, justement, car il n'y a pas d'action...



ralouchka 20/08/2010 12:20



Bonjour !


Je trouve que vous y allez quand même un peu fort... Traiter ce film de la sorte alors que 99% des gens que je connais qui l'ont vu ont adoré de A à Z.


Je sais, pour un critique de cinéma "intégriste", si le public a aimé, c'est que le film est facile à regarder et pauvre en qualité...


personnellement, je ne connaissais pas le principe de l'inception et de l'extraction, donc le fait que le film s'attarde sur l'explication de ce phénomène (imbriqué 3 fois en plus) m'a aidé à
comprendre le film, malgré mon bac+5 ;)


Bizarrement, mon amie et moi avions compris et prévu la fin du film au bout de 10 minutes, et même si elle reste effectivement belle, ce n'est pas la partie du film que j'ai préferé.


Heureusement que j'avais vu le film avant de lire votre critique, car primo j'aurais eu un mauvais a priori et secundo, vous m'auriez bousillé la fin (l'évoquer est un fait, la décrire en est un
autre)


Les mordus et fins critiques dont vous faites apparemment partie êtes souvent à contre courant de tout le monde, et jouer les incompris et les critiques acerbes et sévères pout tous les films
sortant en salles "mainstream" devient lassant à la fin.


Non, les meilleurs films au monde ne sont pas toujours un B-movie abandonnée de tous ayant attiré l'attention de 500 spectateurs en tout, ou alors un long-métrage de 3h ouzbèque sous-titré en
mandarin sur la dure condition de l'extraction minière d'une province du Sichuan.


 


Sinon, bonne continuation sur votre blog, en l'attente d'une eventuelle réponse :)


 



Hattori Hanzo 20/08/2010 13:26



Hello Ralouchka,


Alors je vais tâcher de répondre point par point à tes remarques (dans l'ordre). Tout d'abord, dire que 99 % des gens que tu connais a adoré le film n'est pas vraiment un argument (100 milliards
de mouches mangent de la merde, ce n'est pas pour ça que c'est bon). D'autant plus que je ne trouve pas Inception mauvais, mais décevant, ce n'est pas pareil.


Je ne connaissais pas non plus le principe de l'inception, mais entre donner une explication, et s'étendre 100 fois dessus, genre le petit manuel de l'inception pour les nuls, c'est narrativement
très lourd.


S'agissant de la fin, j'ai beau relire ma critique, je ne la dévoile à aucun moment, je parle simplement de la signification qu'elle revêt pour moi, sans aucunement la dévoiler.


Tu dis aussi que je suis à contre-courant de tout le monde, que je suis sévère vis-à-vis des films mainstream, que je n'aime que les b movies ou les longs métrages ouzbèque...Là encore, c'est un
curieux procès d'intention. J'adore Les bronzés font du ski, Matrix, Star Wars, Superman, Batman, Le seigneur des anneaux, etc... Donc pas vraiment  ce que l'on pourrait appeler "à contre
courant de toute le monde". J'aime tous les cinémas, de la plus obscure série B au blockbuster le plus bourrin. Mais je critique toujours les films à l'aune de leurs qualités. Une série B peut
être pourrie, une série A aussi.


S'agissant d'Inception, encore une fois, je ne l'ai pas trouvé nul, mais décevant. A part sa sublime métaphore et sa fin extrêmement profonde, le reste est assez chiant.


Bien à toi ;-)



Présentation

  • : Les visionnages de Hattori Hanzo
  • Les visionnages de Hattori Hanzo
  • : "Lorsqu'il pénètre votre sang, il devient vite l'hormone numéro un; il supplante les enzymes; commande la glande pinéale, joue avec votre psyché. Comme avec l'héroïne, le seul antidote au cinéma est... le cinéma." Frank Capra
  • Contact

Blogs et sites à visiter

 

 

 

  

 

 

 

 

Recherche

blog à part, recherche blogs

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Les Archives

Pages