Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 08:00
Si les frères Lumières avaient eu l’occasion d’assister à une projection de G.I. Joe, ils auraient certainement hésité à rendre publique leur invention.
Car le dernier film de Stephen Sommers (La momie, Van Helsing), est un concentré de nullité insondable telle que l'on se demande comment cette aberration a réussi à trouver le chemin du grand écran.
 
En effet, certains films ne bénéficiant pas d’une sortie salle et se retrouvant directement dans les bacs à dvd mériteraient bien plus une place au cinéma que ce simulacre de long-métrage.
 
 
 
C’est bien simple : dans G.I. Joe, tout est mauvais.
 
 
Scénario tenant sur une moitié de feuille de papier toilette de mauvaise qualité, dialogues atteignant des profondeurs abyssales inexplorées dans le domaine de la débilité, effets spéciaux d’une laideur vomitive, mise en scène inexistante, en somme, un ratage tel que l’on se demande comment des producteurs ont pu injecter plusieurs dizaines de millions de dollars dans cette infâme bouillie visuelle.
 
 
Tout juste une course-poursuite en plein Paris réussit-elle à peine à faire émerger le bout d’un orteil de ce flan avarié. De leur côté, les acteurs récitent leur texte avec la conviction d’un haricot vert déclamant du Shakespeare, et le pourtant toujours impeccable Christopher Eccleston (Jude) réussit l’exploit de livrer l’une des pires performances que l’on ait vues sur un écran depuis longtemps.
 
 
Stephen Sommers tente également d’injecter des touches d’humour tout au long du métrage, lesquelles n’ayant pour effet que de provoquer la plus navrante des consternations chez le spectateur. Le plus inquiétant, c’est de s’imaginer qu’un beau matin, des hommes et des femmes se sont réunis autour d’une table, et ont réussi à se satisfaire d’un tel projet, donnant leur aval à la mise en chantier d’une monstruosité cinématographique qui mériterait d’être étudiée en école de cinéma comme modèle de tout ce qu’il ne faut pas faire. En comparaison, les Transformers de Michael Bay sont un chef d’œuvre d’intelligence et de réflexion intellectuelle devant lequel se prosternerait Bergman.
 
 

A la fin de la projection, les mots manquent pour exprimer toute sa colère devant un tel irrespect du spectateur, une telle horreur filmique, en somme, un tel mépris du cinéma. 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Hattori Hanzo - dans Les films
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les visionnages de Hattori Hanzo
  • Les visionnages de Hattori Hanzo
  • : "Lorsqu'il pénètre votre sang, il devient vite l'hormone numéro un; il supplante les enzymes; commande la glande pinéale, joue avec votre psyché. Comme avec l'héroïne, le seul antidote au cinéma est... le cinéma." Frank Capra
  • Contact

Blogs et sites à visiter

 

 

 

  

 

 

 

 

Recherche

blog à part, recherche blogs

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Les Archives

Pages