Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 20:45

http://www.brutalashell.com/wp-content/uploads/2010/11/Dream-Home-Poster.jpgTriangle, Black death, Bedevilled, Grace... Le point commun de ces oeuvres ? De ne pas avoir bénéficié d'une sortie sur grand écran, pour être directement expédiés dans les bacs à dvd. Alors qu'ils bénéficient d'un scénario en béton, d'une mise en scène qui en remontre à bien des films ayant la chance d'être projetés sur grand écran, et d'une interprétation remarquable, ces longs-métrages n'ont pas été jugés dignes de pouvoir tenter leur chance dans les salles obscures. Dream home, de Ho-Cheung Pang, est de ces films-là, de ces oeuvres de genre condamnées à se faire connaître en festivals et à s'épanouir dans nos platines dvd. Mieux que rien, vous me direz. 

 

http://senorcalderon.files.wordpress.com/2010/10/dream-home-josieho.jpg

 

http://2.bp.blogspot.com/_DGNo0e7AYRE/TD3Md_Un4oI/AAAAAAAACyM/SFI6n791Cuo/s1600/hkmov_1270714734-0.jpg

Alors qu'elle rêve de s'offrir un appartement à Hong-Kong avec vue sur la mer, Cheng Lai-Sheung se heurte au prix du bien qu'elle convoite, bien trop élevé pour elle. Afin de se donner toutes les chances de pouvoir acquérir le logement de ses rêves, elle prend la décision d'en faire baisser la valeur en zigouillant certains des occupants de l'immeuble. 

 

http://s.excessif.com/mmdia/i/66/2/dream-home-de-ho-cheung-pang-10281662bwgxc.jpg?v=1

 

http://www.filmsdacote.com/wp-content/uploads/2011/04/d2e2a017976de9d90677d5398eae2.png

Intelligent, Dream home l'est assurément. Assumant le mélange des genres (film d'horreur et critique sociale), le film de Ho-Cheung Pang aborde ainsi la flambée des prix de l'immobilier (l'histoire se situe avant la crise des subprimes), en la traitant par le biais du gore, l'héroïne étant prête à toutes les exactions pour se payer l'appartement dont elle rêve. Ou comment l'évolution financière d'une société peut influer sur le comportement individuel de ses membres. Ne reculant devant rien, le personnage principal commettra ainsi les meurtres les plus atroces (les séquences de tuerie sont graphiquement très dures, à l'image du meurtre à l'aspirateur), afin de pouvoir accéder à son rêve.

 

http://la-pellicule-brule.com/wp-content/uploads/2011/05/Dream-Home.jpg

 

http://i2.indiewire.com/images/uploads/i/DreamHouseMAIN.jpg

Par ailleurs, le metteur en scène parsème son film d'un humour extrêmement particulier car bien souvent mêlé à l'horreur la plus totale. Des ruptures de tons périlleuses que Pang négocie avec une aisance étonnante. Le sexe est également au menu du propos du réalisateur, ce dernier décrivant une société où le cul le plus décomplexé (fellation en bagnole, partouzes improvisées) n'est plus devenu l'exception mais la norme. Une évolution sociale qui elle aussi participe de la modification comportementale des individus. Nul jugement de valeur ici, simplement une constatation où le point de vue de Pang demeure davantage dans les conséquences de cet état de fait (le corps est une masse de chair dont on peut disposer à l'envi) que dans la dénonciation rétrograde.

Relevons également une mise en scène de toute beauté, où les travellings les plus élégants le disputent aux perspectives réellement troublantes (voir à ce titre le générique de début où jamais des buildings n'ont été aussi bien filmés).

Dream home se pose au final comme une oeuvre étonnante, déroutante, visuellement et émotionnellement choquante, qui n'a pas peur de gratter là où ça fait mal: dans les tripes.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Hattori Hanzo - dans Les films
commenter cet article

commentaires

Wade Wilson 21/07/2011 07:40



J'ai adoré les meurtres graphiques qui sont parmi les plus beaux et les plus originaux que j'ai pu voir!!! Mais qu'est-ce que la critique sociale est lourde! Ca plombe bien le film je trouve, et
c'est dommage au vu de la maîtrise visuelle du réalisateur et de sa décontraction narrative!



Hattori Hanzo 21/07/2011 11:43



J'ai trouvé au contraire que la critique sociale était plutôt finement amenée...



Sékateur 21/06/2011 20:49



Je suis très mesuré sur ce film, car l'abus de flash back nuit à l'action, et masque difficilement les carences du scénario. Et parler d'intelligence devant tant de boucherie gratuite, c'est un
peu trop pour moi. Je le vois plutôt comme un film assis le cul entre deux chaises. Et les chaises ne vont pas forcément bien ensemble. Bref, un film crado et déséquilibré, que j'ai apprécié car
il n'y va pas par le dos de la cuiller !



Hattori Hanzo 22/06/2011 09:18



C'est marrant parce que j'ai justement trouvé les flash backs très justes et intelligemment placés. Et quand tu parles d'action, pour moi ce film est tout sauf un film d'action, c'est un drame
très dur. J'ai aussi trouvé que les scènes de gore étaient justement tout sauf gratuites. Elles témoignent avant tout de la détermination de la fille et de la folie qui s'est emparée d'elle,
prête à tout pour arriver à ses fins.



Tred 21/06/2011 09:55



J'ai eu la chance de voir ce concentré de jubilation sur grand écran l'année dernière à l'Etrange Festival. Tu as raison de souligner que malheureusement, nombre de films sortant direct en DVD
mériteraient une place dans les salles obscures =(



Hattori Hanzo 21/06/2011 13:17



Et oui...Et c'est malheureusement de plus en plus le cas...



Présentation

  • : Les visionnages de Hattori Hanzo
  • Les visionnages de Hattori Hanzo
  • : "Lorsqu'il pénètre votre sang, il devient vite l'hormone numéro un; il supplante les enzymes; commande la glande pinéale, joue avec votre psyché. Comme avec l'héroïne, le seul antidote au cinéma est... le cinéma." Frank Capra
  • Contact

Blogs et sites à visiter

 

 

 

  

 

 

 

 

Recherche

blog à part, recherche blogs

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Les Archives

Pages