Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2010 3 28 /07 /juillet /2010 09:36

"Dedicated to Sergio and Don". Cette inscription apparaît à la fin du générique  d'Impitoyable, western post-moderne d'une force redoutable réalisé par Clint Eastwood en 1992.

Sergio Leone et Don Siegel furent en effet les deux mentors de Eastwood, le premier pour lui avoir mis le pied à l'étrier au cinéma en lui offrant son premier rôle dans Pour une poignée de dollars, le second pour l'avoir dirigé dans l'un des rôles les plus emblématiques de sa carrière, celui de Harry Callahan, inspecteur de police à San Francisco transgressant les lois et faisant passer la justice avant le réglement.

Le scénario reprend le fait divers qui secoua les Etats-Unis dans les années 70, celui du fameux zodiac, meurtrier en série qui ne fut jamais appréhendé, et dont David Fincher relata l'histoire dans Zodiac. Les scénaristes changèrent le nom du tueur en Scorpio, et développèrent l'histoire d'un flic aux méthodes transgressives, prenant des libertés avec la loi et se bornant à faire appliquer la justice avant tout, au risque de voir ses actions parasitées par les règles légales et bureaucratiques.

Le rôle devait être intialement tenu par Frank Sinatra, mais Clint Eastwood en hérita suite à des complications de santé du crooner américain. Selon l'adage, le malheur des uns fait le bonheur des autres. Cependant, et même si le personnage de Harry Callahan décupla la notoriété de Eastwood à travers le monde, l'acteur dut affronter les foudres de la critique et d'une partie de l'opinion publique qui le taxèrent de fasciste, tout comme Don Siegel d'ailleurs. Cette accusation, d'une facilité confondante, colla à la peau de Eastwood comme un chewing gum sur une semelle. Cependant, et si l'on regarde attentivement le film, à aucun moment le personnage de Callahan ne tire sur une personne gratuitement. En effet, chaque coup de feu est justifié soit par de la légitime défense, soit par la protection d'autrui. L'image du flic tirant aveuglément sur tout ce qui bouge est donc bien loin de la réalité du film.

Ce dont parle L'inspecteur Harry, c'est avant tout des dérives de la loi qui, à force de vouloir se faire protectrice des droits de l'individu, en est arrivée à encadrer les malfrats d'un tel arsenal de protection juridique que leur appréhension en est devenue un véritable cauchemar procédurier et administratif (voir la scène où Callahan apprend que le tueur va être relâché pour un vice de procédure). La loi se retourne ainsi contre elle-même dans un cercle vicieux que n'aurait pas renié le Kafka du Procès.

Le personnage incarné par Clint Eastwood fait ainsi éclater par son comportement transgressif (il torture Scorpio pour lui extirper une information et rappelle à ce titre le Jack Bauer de 24h chrono pour qui la fin justifie les moyens), les aberrations d'une loi censée protéger la population mais qui, à force de se focaliser sur les droits des victimes, ne fait que rendre plus difficile leur appréhension. Dénonciateur, le film l'est toujours. Fasciste, il ne l'est jamais (à ce compte-là, autant taxer de communistes tous les films dans lesquels les flics respectent la loi: absurde et inepte).

L'intention première de Don Siegel et Clint Eastwood, il faut le rappeler, était d'emballer un film policier efficace. Le contrat fut amplement rempli, le personnage de Harry Callahan incarnant une sorte de cow-boy des temps modernes, personnage purement cinématographique aux répliques cinglantes et inoubliables ("I know what you're thinking — "Did he fire six shots or only five?" Well, to tell you the truth, in all this excitement, I've kinda lost track myself. But being as this is a .44 Magnum, the most powerful handgun in the world and would blow your head clean off, you've got to ask yourself one question: "Do I feel lucky?" Well, do ya, punk?"). Imparable.

Rajoutons à cela la mise en scène extrêmement sèche de Don Siegel et la musique de Lalo Schifrin mêlant accords jazzy et guitares à la Isaac Hayes, et l'on obtient l'un des films-phares des années 70, oeuvre de transition entre le cinéma classique et celui du Nouvel Hollywood alors naissant.

Partager cet article

Repost 0
Published by Hattori Hanzo - dans Les films
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les visionnages de Hattori Hanzo
  • Les visionnages de Hattori Hanzo
  • : "Lorsqu'il pénètre votre sang, il devient vite l'hormone numéro un; il supplante les enzymes; commande la glande pinéale, joue avec votre psyché. Comme avec l'héroïne, le seul antidote au cinéma est... le cinéma." Frank Capra
  • Contact

Blogs et sites à visiter

 

 

 

  

 

 

 

 

Recherche

blog à part, recherche blogs

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Les Archives

Pages