Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 16:06

http://www.web-libre.org/medias/affiche-films/f3173935ed8ac4bf073c1bcd63171f8a.jpg"Ce que vous appelez l'enfer, il appelle ça chez lui" (Rambo 2). "Je mets mes pieds où je veux, et c'est souvent dans la gueule" (Invasion USA). " C'est là où la loi s'arrête que moi j'interviens" (Cobra). Les films d'action des années 80 regorgent de répliques de ce type, vestiges d'une époque révolue où les punchlines méritaient à elles seules le visionnage du film. Totalement improbables, assénées avec le plus grand sérieux du monde par les personnages, elles sont à elles seules la marque de fabrique des actioners 80's estampillés Stallone, Schwarzenegger, Norris, Seagal ou Van Damme. Commando représente peut être le parangon de la réplique qui tue, de la ligne de dialogue qui claque, en un mot, l'oméga de la punchline dont les cinéphiles adolescents des années 80, friands de films bourrins (dont je fais partie), connaissent le catalogue par coeur.

 

http://www.thefilmdb.co.uk/images/arnold%20schwarzenegger%20commando.jpg

 

http://www.nanarland.com/Chroniques/commando/commando4.jpg

 

Mettant en scène un Schwarzenegger (John Matrix) voyant sa fille kidnappée par un dictateur déchu sud-américain épaulé par un ancien membre de l'équipe à Schwarzy (l'inénarrable Bennett), Commando constitue un énorme morceau de n'importe quoi que l'on ne se lasse pas de revoir encore et encore, avec un plaisir intact, décuplé par la nostalgie d'une époque où les gros bras tenaient le haut du pavé du cinéma d'action. John Matrix détruira quiconque se dressera sur son passage afin de récupérer sa fille, jusqu'à un final surréaliste sur une île qui verra le héros venir à bout d'une centaine de soldats chargés de le tuer.

 

http://www.premiere.fr/var/premiere/storage/images/cinema/photos-film/photos-acteur/images/commando-198515/16979253-1-fre-FR/COMMANDO-1985_reference.jpg

 

http://image.toutlecine.com/photos/c/o/m/commando-02-g.jpg

 

Mitraillettes, lances-roquettes, armes blanches, revolvers, machettes, scies circulaires, toutes les armes seront convoquées afin de sectionner, découper, transpercer, occire tout ce qui bouge. Nous aurons ainsi droit à une véritable apocalypse en règle de la part d'un Schwarzenegger alors au sommet de sa forme. Le duel final avec son ex-équipier Bennett, interprété par un Vernon Wells sosie de Freddy Mercury et dont l'interprétation confère au personnage une touche inattendue d'homosexualité latente, mérite son pesant de cacahuètes tant du point de vue des dialogues (le célèbre "crache ta vapeur sale pourriture" constitue peut-être la signature du film), que du montage totalement improbable (voir à ce titre la scène de la succession de coups de poings assénés par Matrix à Bennett, dans une soudaine accélération jubilatoire).

 

http://www.examiner.com/images/blog/wysiwyg/image/commando1(2).jpg

Commando constitue donc l'un de ces fleurons du film d'action de la décennie 80 dans lesquels des héros musclés venaient mettre une tannée à des centaines d'adversaires armés jusqu'aux dents, et qui bercèrent nos jeunes années de cinéphiles, au même titre qu'un Delta Force, qu'un Rambo II ou qu'un American Ninja.

Ou quand la jubilation nostalgique (non) coupable est à son paroxysme.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Hattori Hanzo - dans Les films
commenter cet article

commentaires

Sékateur 27/02/2011 20:04



J'adore ce film, dont l'aspect parodique est si évident qu'il imprègne chaque séquence d'un second degré tout à fait... jubilatoire (c'est le mot juste !)



Hattori Hanzo 27/02/2011 20:35



Alors je ne suis pas du tout d'accord avec l'aspect parodique dont tu parles. Le film est au contraire totalement premier degré (comme tous les actioners de ce type dans les 80's), ce qui fait
qu'il est, justement, jubilatoire ;-)



Présentation

  • : Les visionnages de Hattori Hanzo
  • Les visionnages de Hattori Hanzo
  • : "Lorsqu'il pénètre votre sang, il devient vite l'hormone numéro un; il supplante les enzymes; commande la glande pinéale, joue avec votre psyché. Comme avec l'héroïne, le seul antidote au cinéma est... le cinéma." Frank Capra
  • Contact

Blogs et sites à visiter

 

 

 

  

 

 

 

 

Recherche

blog à part, recherche blogs

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Les Archives

Pages