Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 08:01

http://images.allocine.fr/medias/nmedia/18/35/54/76/18405187.jpgOeuvre méconnue de la riche filmographie du regretté Claude Chabrol, Alice ou la dernière fugue se démarque de l'esprit des autres films du metteur en scène, puisque pour la seule et unique fois de sa carrière, le réalisateur de Que la bête meure et Masques investira le genre fantastique.

 

Transposition très personnelle du Alice au pays des merveilles de Lewis Carrol, le film de Chabrol nous raconte l'histoire d'Alice, interprétée par la sublime Sylvia Krystel, encore auréolée du succès d'Emmanuelle deux ans plus tôt, décidant un soir pluvieux de quitter son mari et de partir au volant de sa voiture loin de son époux qu'elle ne supporte plus. En chemin, son pare-brise éclatera, et elle se réfugiera dans une immense demeure tenue par le maître des lieux, interprété par Charles Vanel, et son serviteur, incarné par Jean Carmet, qui lui proposeront l'hospitalité. Au petit matin, Alice découvrira une maison désertée par ses occupants, et pénètrera toujours un peu plus dans un monde étrange, incompréhensible, où l'espace et le temps n'ont plus de raison d'être.

 

http://zanybao.files.wordpress.com/2010/09/1937__alice_ou_la_derniere_fugue1.jpg

 

http://a.bricout.free.fr/images/wallpapers/1000/1937__alice_ou_la_derniere_fugue.jpg

 

http://hwcdn.themoviedb.org/backdrops/daa/4bc97baf017a3c57fe038daa/alice-ou-la-derniere-fugue-original.jpg

 

Les évènements du film, échappant à toute logique (les murs n'ont pas de fin, les habitants ne répondent pas aux questions, les pendules cessent de fonctionner), épouseront une approche totalement onirique de la part du metteur en scène, Chabrol plongeant son héroïne et le spectateur dans un monde que l'on devine parallèle, à moins qu'il ne s'agisse d'un rêve de la belle Alice, ou de toute autre chose encore... C'est ainsi un délice de se perdre en même temps qu'Alice dans un univers où les repères n'existent plus, et dans lequel la logique n'a plus le droit de cité.

 

http://www.devildead.com/france/aliceouladernierefugue002.jpg

 

http://zanybao.files.wordpress.com/2010/09/alice-ou-la-derniere-fugue-suite.jpg

 

L'héroïne de Lewis Carroll pénétrait au fond d'un terrier, celle de Chabrol s'aventurera en plein coeur d'une forêt, dans laquelle elle découvrira des situations et des être tous plus étranges les uns que les autres: un domestique lui expliquant qu'ici, le temps n'a aucune importance, un mystérieux jeune homme tout de blanc vêtu (André Dussolier), refusant de répondre aux questions de l'héroïne et lui annonçant que l'on peut pénétrer dans ce monde, mais pas en sortir, un jeune enfant (interprété par Thomas Chabrol, fils du réalisateur) capturant des oiseaux dans une cage puis les relâchant, et plus tard une véritable bacchanale inquiétante au cours de laquelle les convives fêtent la mort d'un proche. Autant de situations totalement surréalistes qui participent de l'entreprise d'envoûtement à laquelle se livre Chabrol, et qui distillent tout au long du métrage une hypnose lente, sourde, délicieuse.

 

http://ak2.static.dailymotion.com/static/video/830/810/23018038:jpeg_preview_large.jpg?20100806013058

 

http://www.devildead.com/france/aliceouladernierefugue07.jpg

 

http://www.devildead.com/france/aliceouladernierefugue01.jpg

 

Les motifs du basculement d'Alice dans ce monde mystérieux seront dévoilés en fin de métrage, à travers une révélation que l'on pourra deviner petit à petit au cours du déroulement du film, sans que cela ne nuise en rien à la totale réussite de cette oeuvre singulière, déroutante, envoûtante, qui rappelle l'un des meilleurs films avec Yves Montand, Un soir, un train, lui aussi méconnu, et totalement surréaliste et onirique, que j'espère pouvoir aborder prochainement dans ces lignes.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Hattori Hanzo - dans Les films
commenter cet article

commentaires

Sékateur 09/01/2011 12:56



Je me souviens d'avoir vu ce film à la télé, et je suis resté assez partagé. C'est vrai qu'on ne reconnaît pas vraiment Chabrol, il a tenté quelque chose. Il y avait une bonne ambiance, mais en
même temps, je trouvais un peu facile cette façon de nous faire voir des choses bizarres, sans qu'on comprenne... enfin au début, parce que finalement, le dénouement n'est pas si surprenant... En
tout cas, tu as bien choisi les photos, félicitations !



Hattori Hanzo 09/01/2011 22:04



Pour ma part je me suis totalement laissé imprégner par l'envoûtement procuré par le rythme et les images. Un véritable délice hypnotique. Un peu comme L'échelle de Jacob version
onirique ;-)



Présentation

  • : Les visionnages de Hattori Hanzo
  • Les visionnages de Hattori Hanzo
  • : "Lorsqu'il pénètre votre sang, il devient vite l'hormone numéro un; il supplante les enzymes; commande la glande pinéale, joue avec votre psyché. Comme avec l'héroïne, le seul antidote au cinéma est... le cinéma." Frank Capra
  • Contact

Blogs et sites à visiter

 

 

 

  

 

 

 

 

Recherche

blog à part, recherche blogs

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Les Archives

Pages