Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 09:50

Celà devient un lieu commun de l'écrire, et pourtant, l'on ne peut que s'incliner devant la qualité des cinéastes ibériques qui émergent depuis quelques années, et font montre d'un talent surpassant bon nombre de leurs confrères, en place depuis longtemps.

Juan Carlos Fresnadillo, réalisateur de 28 weeks later, ne fait qu'enfoncer ce clou pourtant déjà bien ancré dans le cinéma de genre, en livrant un opus dépassant l'original de Danny Boyle (28 days later).

En reprenant cette histoire de contamination des humains par un virus les transformant en bêtes assoifées de sang, Fresnadillo, loin de ne trousser qu'un simple film d'horreur efficace (ce qu'il est également), développe avant tout l'aspect profondément humain de son histoire, apportant ainsi au film une dimension réellement touchante dans les rapports qu'il développe entre les protagonistes.

La caméra de Fresnadillo, tantôt secouée en plans rapprochés, tantôt ample dans certaines vues (splendides) d'un Londres sous contrôle militaire, ne cède à aucun moment à la facilité, mais épouse au contraire un scénario prenant, haletant et diablement efficace. En outre, le réalisateur établit un parallèle, jamais déclaré mais sans cesse suggéré, avec la situation de l'armée américaine en Irak à l'époque. En place pour rétablir l'ordre, les militaires de 28 weeks later se feront bien rapidement dépasser par les évènements, et la référence à la politique étrangère menée par le président Bush en Irak devient alors une évidence.

Notons également quelques scènes purement jouissives, dont une introduction fracassante, et la scène de l'hélicoptère, grand moment de délire visuel s'inscrivant comme l'une des meilleures du métrage. Enfin, la musique de John Murphy, galvanisante et tout en crescendo mêlant suspense et tension palpable, achève de faire de ce 28 weeks later un morceau de bravoure visuel et émotionnel indispensable à tout amateur du genre.

Et ce jusqu'à l'ultime scène, efficace et prometteuse en diable, qu'un opus 3 voit le jour ou non. Auquel cas, notre imagination est déjà en train de faire le reste.

Partager cet article

Repost 0
Published by Hattori Hanzo - dans Les films
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les visionnages de Hattori Hanzo
  • Les visionnages de Hattori Hanzo
  • : "Lorsqu'il pénètre votre sang, il devient vite l'hormone numéro un; il supplante les enzymes; commande la glande pinéale, joue avec votre psyché. Comme avec l'héroïne, le seul antidote au cinéma est... le cinéma." Frank Capra
  • Contact

Blogs et sites à visiter

 

 

 

  

 

 

 

 

Recherche

blog à part, recherche blogs

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Les Archives

Pages